Dette grecque, la zone euro vise un accord malgré des différends avec le FMI

Dette grecque, la zone euro vise un accord malgré des différends avec le FMI

BRUXELLES (AFP) – 

Le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a déclaré lundi escompter un accord débouchant sur un déboursement de crédits à Athènes, tout en reconnaissant que des différends persistaient avec le FMI sur l’allègement de la dette grecque.

« J’attends et je travaille à un accord aujourd’hui, mais ce ne sera pas l’accord final », a dit le ministre néerlandais des Finances, en arrivant à une réunion des 19 grands argentiers de la zone euro à Bruxelles.

« Nous avons toujours dit que les décisions finales concrètes sur les mesures d’allègement de la dette grecque viendraient à la fin du programme (d’aide à la Grèce), ce qui est l’an prochain », a-t-il ajouté.

Ces propos font écho à ceux du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui a dit en arrivant s’attendre à un « accord de principe » qui déboucherait dans les prochaines semaines sur un déboursement d’une nouvelle tranche de crédit à Athènes.

En revanche, il a refusé de donner des engagements concrets et précis sur l’allègement de la dette grecque, expliquant qu’il avait pour cela besoin d’un mandat octroyé par le Bundestag, chambre basse du Parlement allemand.

« Le FMI a fourni une analyse sur la soutenabilité de la dette grecque qui n’est pas en accord avec celles des institutions européennes », a constaté le ministre allemand.

« Il faut voir comment trouver une solution avec le FMI qui lui permette de participer au programme d’aide à la Grèce sans enfreindre ses propres règles », a-t-il ajouté.

En effet, le FMI ne peut participer à un programme d’aide à un pays que s’il est convaincu que l’Etat en question est capable de rembourser les prêts qui lui ont été octroyés.

Or, il juge que ce n’est pas possible pour la Grèce de faire face à l’heure actuelle à sa dette (179% du PIB) et demande aux Européens des mesures d’allègement.

« Ce sera l’une des questions difficiles (…) mais je suis sûr que nous finirons par trouver une solution », a dit M. Schäuble.

© 2017 AFP